NOTA BENE de dernière minute: l’événement est reporté au week-end du 12 mars sous conditions…

 

Je l’attendais avec impatience, eh bien les dates sont fixées : la Vercors Quest aura lieu du 6 au 9 février 2020 à Font d’Urle, les inscriptions ont même démarré !
Les paysages enneigés des Hauts Plateaux du Vercors drômois rappellent la Laponie, la nature est omniprésente, soulignent les organisateurs et les conditions hivernales «dignes du grand Nord et idéales pour que les mushers puissent se jauger après plusieurs mois d’entraînement ».

Et ça tombe bien, ces chiens adorent le froid (sec) et la neige est vraiment leur élément. Rassurez-vous donc, les conditions météo hivernales ne sont pas leurs ennemies… contrairement à moi qui n’oublierai pas de me vêtir – très – chaudement pour profiter du spectacle. Car monter à Font d’Urle est si dépaysant en soi,  j’ai toujours l’impression d’être partie dans un ailleurs… si proche.
Alors assister au départ, pris au Centre de la station de Font d’Urle à proximité des pistes de ski m’immerge chaque fois directement dans une sacrée ambiance. Les aboiements et jappements des chiens excités et impatients du départ se croisent dans l’air vif (et parfois très… turbulent)avec le cliquètement des harnais, le crissement de la neige sous les traîneaux et les appels des mushers.
Une fois les attelages sur les traces, les paillettes de neige s’envolent derrière les traîneaux, le halètement des chiens lancés dans la course répond aux encouragements du musher car oui, des liens forts existent entre eux et l’attelage est une vraie activité d’équipe et de compagnonnage.

La Vercors Quest proposera sur 4 jours dans le Vercors sud des épreuves Mid distance (moyenne) et Longue Distance, exigeante pour les mushers et pour les chiens ; elle reste unique en France, avec des étapes parfois de plus de 90 km et des attelages variant de 3-4 chiens à plus de 8 chiens.
La Vercors Quest, c’est du mushing entre passionnés, dans une ambiance familiale, simple et authentique et des paysages grandioses

On croit savoir, par l’étude des ossements des premiers chiens d’attelage, que les canidés n’étaient pas particulièrement taillés pour l’exercice à la base, c’est pourquoi les Hommes ont commencé à réaliser des hybridations avec le loup, conférant un physique reconnaissable entre mille aux chiens de traîneaux actuels. Puis ils ont été largement utilisés pour la traction au fil des temps, je pense aux Inuits ou aux Indiens des Plaines et sont aussi devenus le plus précieux auxiliaire des chercheurs d’or lors de la ruée en Alaska. En effet, les traîneaux étaient les seuls moyens de transport utilisables sur ce territoire désolé en proie à des vents violents et glacials.
La conduite de chiens de traîneau est ensuite devenue un sport très apprécié en Amérique du Nord et en Europe, et, de nos jours, les chiens sont surtout utilisés dans des courses ou des activités de loisirs. Leur entraînement à la compétition se fait toute l’année,sur terre attelés à des karts, ou sur neige.
Si l’admission des chiens en course est parfois limitée aux quatre races nordiques avec papiers (Husky de Sibérie, Malamute d’Alaska, Samoyède et Groenlandais), d’autres chiens de trait de toutes races et de toutes origines possèdent des qualités à l’attelage, ce qui explique la diversité des chiens lors des courses ou dans la pratique de l’activité.

L.Pascale-ladrometourisme

J’ai été aussi surprise d’apprendre que les chiens nordiques, comme d’autres animaux arctiques, se sont adaptés au froid en maintenant la température de leurs pattes non pas à 37°C mais à… 0°C. Au niveau des coussinets, la température des pattes de ces chiens est régulée grâce à des échanges thermiques très précis entre artère et veine. En effet, une température élevée aurait pour conséquences de faire fondre la neige, de gaspiller de la chaleur et de risquer des gelures.

Rendez-vous donc à Font d’Urle en février pour ne pas manquer la course mais aussi profiter des animations sur les différentes races de chiens nordiques tout au long de l’événement, d’un petit village de stands de fabricants de matériels, d’une buvette où il est possible de côtoyer les mushers et d’échanger avec eux sur leur passion.

Et si passer ce week-end de février sur place vous tente, il est temps de réserver rapidement votre hébergement à proximité.

L’activité Chiens de Traîneaux sur le Vercors drômois, c’est aussi possible toute l’année

Et pour ne pas être en reste, votre chien « familial » peut lui aussi vous faire découvrir cet été les joies de la cani-rando , du cani-bike ou du cani-kart … avec un peu de dressage, de patience et beaucoup d’amour.

A vos harnais et enjoy !

 

Partager sur

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Lire plus Lire moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *